HalOxymore

De l’infime Univers jaillit notre vaisseau.
Une sombre clarté éclaire la nuit blanche,
Le silencieux fracas d’une calme avalanche,
Nous poursuit de très loin comme un hargneux ruisseau.

L’Halo: une ombre aveuglante, un charnier-berceau
Nous accueille hostile, mémoire de revanche.
C’est le souvenir trop clair d’une rumeur franche,
Vestige moderne d’une Histoire en morceau.

Face au Major, Spartan, pacifique guerrier,
Les belles horreurs que le vent va charrier
S’affrontent avec grâce dans la lueur noire

De l’espace trop plein, sympathique usurier,
Attendant de décerner son rouge laurier
Pour fêter, navré, une funèbre victoire.