Alice Retour au pays de la folie & André Breton

Cadavre Exquis 

Les démons merveilleux basculent en pourrissement vers la Reine de cœur.
Leurs chimères secrètes dans le jeu se reflètent tandis que nos dents, macabres, se dépècent voracement.
Les chocs sanglants de nos mélancolies défigurent, éperdues, nos horribles blessures.
Pendant ce temps, l’imagination décharne ses cadavres pouacres.
Le temps retrouvé déchaîne nos cauchemars.
Peut-être égorgera-t-il les violons glauques de nos dérives, troublant le chapelier ténébreux qui tombe tout à coup dans un thé décharné.
Son sang en feu souffrira des anges lacrymaux.
Le brouillard insalubre supplie follement les crocs exorbités des ruines qui grandissent dans nos limbes insensées.
Délicieusement, la déréliction s’écoule.
Hallucinée.
Maladivement, le monstre au visage rogue et hanté se souvient de nos cicatrices abyssales et misérables.
La fille brûlée perce et perd la voie damnée de sa maison.
Et l’horloge, en retard, terne et lumineuse, vend le lapin rouge-sang dont le cri crève le ciel.
Bientôt, le chat aussi hurlera dans les roses terrifiantes.
En feu, ses folles paroles battront bientôt les marches de l’enfer.